Trêve commerciale entre les USA et la Chine
Les deux superpuissances annoncent un cessez-le-feu de 90 jours lors du sommet du G20

Le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping ont conclu un cessez-le-feu temporaire de 90 jours afin de réduire les tensions commerciales entre les deux plus grandes économies du monde.

La trêve a été conclue à l’issue d’un dîner de travail très ambitieux tenu en marge des réunions du G20 à Buenos Aires, en Argentine, le 1er décembre 2018.

Trump and Xi diner

Le cessez-le-feu américano-chinois laisse entrevoir la possibilité d’un accord plus large pour résoudre la guerre commerciale entre les deux pays et les griefs américains concernant de prétendues pratiques commerciales déloyales en Chine. Les deux pays ont maintenant jusqu’au 1er mars 2019 pour conclure un accord avant la mise en œuvre de nouveaux tarifs.

Cependant, bien que l’accord permette aux États-Unis et à la Chine – et au système commercial mondial dans son ensemble – de trouver une solution, le règlement final de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est loin d’être terminé.

Trêve temporaire

En vertu de cet accord, les États-Unis et la Chine n’augmenteront ni n’introduiront de nouveaux tarifs que 90 jours plus tard. Les taux existants resteront cependant en place.

À ce jour, les États-Unis ont mis en œuvre trois séries de droits exclusivement pour la Chine :

  • Droits de douane de 25% sur les marchandises d’une valeur de 34 milliards de dollars américains au 6 juillet 2018;
  • Droits de douane de 25% sur les marchandises d’une valeur de 16 milliards de dollars US, à compter du 23 août 2018; et
  • Des droits de douane de 10% sur les marchandises d’une valeur de 200 milliards de dollars US, à compter du 24 septembre 2018.

Avec le cessez-le-feu, les taux susmentionnés resteront en place. Toutefois, les droits de douane sur les marchandises évaluées à 200 milliards de dollars EU devaient auparavant passer de 10% à 25% à compter du 1er janvier 2019. À l’heure actuelle, ils ne seront pas augmentés avant 90 jours; c’est-à-dire avant le 1er mars 2019.

En outre, les États-Unis avaient déjà menacé d’éliminer les droits de douane sur toutes les exportations chinoises restantes si aucun progrès n’était réalisé lors des réunions du G20, ce qui équivaudrait à de nouveaux droits de douane sur les produits d’un pays à l’autre. environ 267 milliards de dollars américains. De plus, ces tarifs ne seront pas appliqués avant le 1er mars 2019.

Pour sa part, la Chine a réagi en appliquant des droits de douane compris entre 5 et 25% sur des marchandises américaines d’une valeur de 110 milliards de dollars. Alors que la Chine dispose comparativement de moins de marge de manœuvre pour mettre en œuvre de nouveaux tarifs car elle importe beaucoup moins que ce qu’elle exporte aux États-Unis, la Chine n’augmentera pas non plus ses tarifs au cours de cette période.

Engagements de la Chine

Afin de garantir le cessez-le-feu américain de 90 jours, la Chine a accepté un certain nombre d’engagements supplémentaires.

Selon un communiqué de la Maison Blanche, la Chine achètera une « très grande » quantité de produits agricoles, énergétiques, industriels et autres afin de réduire le déséquilibre des échanges bilatéraux. La déclaration note que le montant exact n’a pas encore été convenu.

La déclaration de la Maison Blanche a également indiqué que Xi était ouvert à l’approbation du rachat par la société américaine de fabrication de puces électroniques Qualcomm de la société néerlandaise de semi-conducteurs NXP. Qualcomm a abandonné son plan d’achat de NXP, d’une valeur de 44 milliards de dollars, après n’avoir pas obtenu l’approbation de l’Administration chinoise de la réglementation des marchés, qui supervise les réglementations anti-monopoles.

En outre, la lecture indiquait que Trump et Xi avaient convenu de «commencer immédiatement des négociations sur des changements structurels concernant le transfert forcé de technologie, la protection de la propriété intellectuelle, les barrières non tarifaires, les cyber-intrusions et le cyber-vol, les services et l’agriculture».

La Chine, qui n’est pas directement liée au commerce, a accepté de sévir contre la production et la distribution de fentanyl. Le fentanyl est un opioïde synthétique principalement produit en Chine qui a causé des milliers de décès en Amérique du Nord au cours des dernières années.

Trump and Xi waving hand

Résolution incertaine

La trêve, bien que temporaire, est une étape positive dans la résolution de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Les tarifs déjà appliqués par les deux parties sont substantiels, mais les droits de douane supplémentaires menacés par les États-Unis seraient encore plus dramatiques s’ils devaient entrer en vigueur.

Néanmoins, les entreprises devraient continuer à se préparer à des prix plus élevés. Les États-Unis ont exhorté la Chine à modifier radicalement ses pratiques économiques et commerciales, notamment sa politique industrielle. Bien que les États-Unis et la Chine aient accepté de négocier, il semble peu probable que la Chine modifie fondamentalement sa politique et il n’est pas clair si Trump sera satisfait d’un accord qui est loin d’être à la hauteur de ses exigences.

En outre, les divergences entre les déclarations des États-Unis et de la Chine donnent à penser que les attentes des deux parties en matière de négociation sont considérables. Par exemple, Chinese statement (et les médias chinois officiels) ne mentionnent pas le délai de 90 jours, mais seulement que les tarifs ne seront pas augmentés pour le moment et que les deux parties négocieront.

En outre, la déclaration chinoise omet une partie de la langue américaine et tend à faire référence à ses engagements en termes plus larges. Toutefois, certains points ne figurent pas dans les déclarations des États-Unis, tels que le fait que les deux parties sont convenues de renforcer l’accès aux marchés et s’efforcent de supprimer tous les droits de douane.

En fin de compte, il est possible qu’un accord final permette d’éliminer les droits de douane et les droits de douane sur tous les biens. Par exemple, les États-Unis et la Chine pourraient parvenir à un accord aux termes duquel la Chine fera des concessions sans modifier fondamentalement sa politique industrielle. Dans ce scénario, les États-Unis pourraient laisser des droits de douane «permanents» sur des marchandises d’une valeur initiale de 50 milliards de dollars américains – qui ciblent principalement des produits liés au Made in China 2025 – mais supprimer des droits de douane sur d’autres produits.

Bien que la rupture de la guerre entre les États-Unis et la Chine soit accompagnée de nombreux avertissements, elle ouvre la porte à une résolution potentielle. Mais avant cela, toutefois, les sociétés étrangères devraient continuer à élaborer des plans d’urgence afin de réduire leur exposition à des droits de douane supplémentaires et à d’autres risques liés à la chaîne d’approvisionnement résultant du conflit.