Bien choisir sa société de Sourcing en Chine
et bénéficier d'un support pour vos achats

Comment bien choisir ses partenaires chinois

Avant toute chose, il faut se méfier des partenaires trouvés sur internet. Si l’on souhaite effectuer des achats en ligne en Chine, il faut passer par des sites connus, référencés et ayant une solide réputation. Il faut ensuite se méfier des offres très alléchantes et des prix particulièrement attractifs. Des personnes peu scrupuleuses aguichent les entreprises étrangères de la sorte. Une fois l’acompte encaissé, leur entreprise disparaît et il est impossible d’entrer à nouveau en contact. Il s’agit bien sûr dans la plus part des cas d’entreprises fictives.

Comment protéger sa propriété intellectuelle en Chine

Les entreprises françaises sont souvent confrontées en Chine au cas particulier de la contrefaçon. Il faut systématiquement enregistrer ses marques et déposer ses brevets avant même d’arriver en Chine. Si la marque ou le brevet n’a pas été déposé, il est très difficile de se protéger. Ainsi en matière de marque si une entité chinoise dépose en Chine une marque enregistrée en France, mais non encore déposée en Chine, elle pourra l’utiliser légalement et interdire son usage en Chine au titulaire français. Une telle situation est souvent très dure à accepter pour le titulaire français d’une marque qui l’a déposée depuis très longtemps en France. Des possibilités légales existent – déchéance pour non-usage de marque, preuve de la mauvaise foi…, mais leur issue est incertaine. Le plus simple est souvent de négocier avec la personne ayant procédé au dépôt sur le territoire chinois pour essayer de racheter la marque mais cela peut coûter très cher.

La différence de culture représente un risque pour les entreprises françaises

La différence culturelle existe mais il ne faut pas l’exagérer. Concernant la recherche d’un partenaire, il est indispensable de véritablement chercher à connaître l’entreprise avec qui l’on souhaite travailler, d’aller rencontrer ses responsables et de créer une relation de confiance avec eux. Il faut ensuite de son côté que l’entreprise soit bien conseillée et assistée dans ses démarches. Le cas échéant un cabinet d’avocats peut effectuer toutes les vérifications sur le partenaire chinois pour confirmer son existence, se rendre sur place et discuter avec celui-ci. Le cabinet peut également négocier les contrats directement avec le partenaire, en ayant par exemple le client en direct au téléphone s’il ne peut pas se déplacer en Chine.

Conseils pour éviter les risques du sourcing en Chine

Payer le juste prix

Venir en Chine simplement pour trouver les prix les plus bas est une erreur. Car d’un point de vue TCO (Total Cost of Ownership), il peut s’avérer plus intéressant de faire son sourcing en Tunisie, en Turquie ou en Roumanie ; les frais de transports, de douanes et les dépenses de contrôle de qualité y étant moins élevés. Aujourd’hui, si l’on s’installe en Chine, c’est d’abord pour pénétrer le marché local.
Ensuite, il faut accepter de payer la qualité et ne pas mettre une pression trop grande sur le fournisseur. Le fournisseur veut toujours réaliser un bon profit. Si le prix que l’on exige de lui est trop bas, il n’hésitera pas à baisser la qualité des matières premières et à ne plus suivre les processus car le seul facteur invariable en Chine est bien le profit que le sous-traitant voudra réaliser. C’est souvent d’une trop grande pression sur les prix que naissent les problèmes de qualité. On prend l’exemple d’Apple qui fait fabriquer tous ses produits en Chine. Si leur qualité est excellente, les prix payés par Apple à ses fournisseurs se situent bien au-delà des standards chinois.

S’assurer de l’honnêteté du fournisseur

Avant toute chose, il faut mener son enquête chez le fournisseur. Le premier élément à vérifier est bien sûr la « Business Licence ». Concernant les normes technologiques et environnementales, on ne peut pas se fier aux certifications présentées par les fournisseurs ; elles sont rarement authentiques. Tout doit être vérifié. Il peut arriver qu’un fournisseur peu scrupuleux vous fasse visiter une autre usine que celle où sera véritablement fabriqué le produit.

Présenter un cahier des charges parfaitement clair

Pour faire produire en Chine, il faut être très clair sur tous les paramètres et présenter en amont un cahier des charges parfaitement rédigé et en Anglais de préférence. L’interlocuteur profitera du moindre oubli. Il faut tout dire et tout spécifier. Qui plus est, c’est souvent parce que l’on change certains paramètres en cours de route ou que ces paramètres sont confus que la production prend du retard et que les coûts dérapent.

Contrôler la qualité

Il s’agit là d’un point crucial. Il est indispensable d’exercer une surveillance très étroite des fournisseurs et de contrôler sans cesse et de manière aléatoire la qualité et le respect des processus.

Minimiser les risques de qualité en Chine

Quels sont les problèmes les plus fréquemment rencontrés lors des contrôles qualités ?

L’un des problèmes les plus fréquents est le manque de compréhension par les fournisseurs Chinois du cahier des charges des clients et des normes de qualité européenne et française. Le travail de compréhension est très important quand vous travaillez avec un partenaire chinois, y compris au niveau culturel. Il est difficile de bien traduire les points techniques des cahiers des charges. Il faut mentionner également la culture «cha bu duo» (=presque) des chinois qui ont parfois tendance à « interpréter » les standards.
Il est nécessaire de bien contrôler les sous-traitants chinois car ils ne respectent pas toujours le cahier des charges et n’hésitent parfois pas à sous-traiter le travail à des entreprises qui peuvent être moins scrupuleuses sur la qualité.
En Chine, même si la première commande est réussie, il est recommandé de faire un contrôle systématique et régulier des commandes suivantes car la qualité peut chuter à tout moment..

Est-ce que les normes internationales et les certificats sont bien appliqués en Chine ?

Une première recommandation est de vérifier que les fournisseurs ont un système de gestion de la qualité, idéalement certifié ISO 9001. Même dans le cas ou le fournisseur présente un certificat, nous recommandons aux acheteurs de mener un audit indépendant afin de s’assurer que le certificat n’est pas un certificat de complaisance. A minima, il est recommandé de vérifier le certificat auprès de l’organisme certificateur. Le Bureau Veritas peut en Chine délivrer à la fois des certifications ISO, des certifications de conformité produit aux normes européennes (« marquage CE »), et mener des audits indépendants en tant que « représentant » de l’acheteur.
Même si l’usine possède des certificats et un système de gestion de la qualité adéquat, il est recommandé tout de même de contrôler la production pendant son déroulement. En Chine, lorsqu’on signe un contrat avec un partenaire chinois, c’est le début d’une longue relation d’affaire et il faut être très souple car les amendements et renégociations sont monnaies courantes.

Quels conseils pour les entreprises françaises qui désirent acheter ou vendre en chine ?

Pour acheter en Chine, il faut tout d’abord bien se préparer : faire des études de marché, rechercher les informations nécessaires sur le marché chinois, envoyer des ressources sur place pour amorcer les relations et vérifier la situation. Il est important d’être accompagné par un organisme spécialisé sur les aspects légaux et juridiques et par un organisme de contrôle qualité sur les aspects techniques:
Il ne faut pas penser qu’acheter en Chine est synonyme de « pas cher » car la qualité à un prix, même en Chine : les entreprises doivent être prêtes à payer des prix raisonnables en fonction du marché et du type de produits à acheter.
En France, quand un contrat est signé, on sait que le fournisseur a de grandes chances de respecter sa part du contrat mais en Chine, même si on a signé le contrat, il est indispensable de mettre en place des suivis et des contrôles systématiques. Il faut faire appel à des professionnels afin de bien contrôler et former les fournisseurs. Là aussi, les entreprises doivent être prêtes à payer des coûts supplémentaires.
Pour vendre en Chine, il est nécessaire d’obtenir les licences locales, ainsi que le certificat CCC pour un grand nombre de produits. Encore une fois, il est recommandé de se faire accompagner de professionnels pour éviter toute mauvaise surprise.

Comment choisir une société de sourcing en Chine ?

Prélude: il existe (comme dans tous les secteurs), des sociétés fiables et puis des sociétés un peu moins.

Une bonne société de sourcing se situe dans le pays où vous achetez

Par exemple en Chine, elle se situe en Chine, cela lui permet d’aller se rendre sur place pour auditer les fournisseurs. Donc vous devez vérifier que la société de sourcing est bien enregistrée et fonctionne légalement dans son pays. N’hésitez donc pas à demander des documents officiels. Il est préférable de travailler avec une société qui a de l’expérience, surtout dans ce domaine. Demander donc à voir ses références et puis écrivez un petit mail aux clients pour savoir ce qu’ils pensent de leur partenaire sourcing. Un bon sourceur est quelqu’un qui connait les chinois, leur points faibles et les opportunités qu’offre la Chine. Rien n’est inné tout s’acquiert avec l’expérience. Renseignez vous rapidement sur le profil de votre interlocuteur. Il a passé 10ans en Chine ou vient-il d’arriver ?

Une bonne société de sourcing propose des fournisseurs alternatifs

Je veux importer une gamme de produits X, j’ai identifié sur Internet ou sur Alibaba un fournisseur potentiel, la société de sourcing doit bien sûr controler le fournisseur mais peut vous proposer d’autres fournisseurs afin que vous puissiez comparer.

Gestion de fournisseurs chinois et respect des standards qualité

Une bonne entreprise de sourcing est un astucieux mélange entre employés locaux et étrangers. Les étrangers connaissent les standards de qualité européens et les locaux permettent de négocier et de gérer la bonne communication avec le fournisseur chinois.
Local veut bien dire local, un fournisseur à Canton exige des locaux de Canton parlant le cantonnais, alors qu’à Shanghai, un shanghaien sera plus adapté pour cette mission.

Une bonne société de sourcing négocie pour vous

Ne payez pas le montant total de la commande avant le lancement de la production, une société de sourcing négociera pour vous les meilleurs termes de paiement. En général, c’est de 30 à 50% à la commande et de 50 à 70% à la fin de production, avant le transport.
Si la société vous demande de payer intégralement, il y a en général anguille sous roche.

Le respect des procédures de production

Il faut toujours demander des échantillons avant de lancer la production, pour s’assurer que la qualité du produit est conforme à vos attentes. Une bonne société de sourcing demandera votre aval. Chaque rapport qualité doit également être accompagné de photos et des documents attestant les divers contrôles qualité.

À vous de jouer !